Rituel d'écouture #28 : Jeremy

Quatre questions à un audio-lecteur. Une expérience marquante de première écoute, les petits moments de loisirs qui accompagnent la lecture, un rituel d'écoute original : Book d'Oreille s'intéresse aux habitudes des amateurs, fans et autres accros des livres audio. Aujourd'hui, c'est Jeremy du Club Stephen King qui nous fait part de ses habitudes de lecture.

Book d'Oreille : Quelle a été votre première expérience des livres audio ?

Jeremy : En fait, ma première expérience des livres audios date d'environ 20 ans. Je ne sais pas si vous vous en rappelez, mais à l'époque, il y avait, en presse, une série de collection de livres classiques qui étaient proposés sur K7 Audio.
Je sais que mes parents en avait acheté plusieurs, et je me rappelle très bien, de la lecture de L'île aux trésors de Robert Louis Stevenson. J'arrive encore à visionner l'image qui se trouvait sur la cassette. Il y avait aussi du Jules Vernes, avec 20 000 lieues sous les mers ou encore Le Tour du Monde en 80 jours.
J'avais donc obtenu plusieurs des livres audios de la collection, même si je ne me rappelle pas vraiment des autres. Ensuite, c'est un peu le vide jusqu'à une quinzaine d'années, où j'avais pu emprunter quelques livres audio à la bibliothèque locale.
Mais, contrairement aux USA, et malgré les différentes tentatives de commercialisation, il ne me semble pas que les livres audio aient vraiment percés en France. Le véritable essort provient plutôt de ces 5 dernières années, avec la croissance et l'importance du digital dans notre quotidien.

B. d'O. : Quel est votre rituel d'écoute ?

Jeremy : Je n'ai pas, à proprement parler, de rituel d'écoute. Mais il y a en quelques sortes deux « moments » pendant lesquels j'écoute les livres audios :

  • Chez moi, pendant les tâches ménagères : personnellement il y a énormément de livres que j'aimerais lire, mais, bien que j'estime lire beaucoup, il y a aussi de nombreux temps morts qui sont inexploités et qui ne me permettent pas de réduire cette liste de livres que je veux découvrir. Parmi ces temps morts : cuisiner, faire la vaisselle, faire le ménage, trier le linge etc.
    Plutôt que de regarder des vidéos sur youtube ou des films, j'estime que ces tâches plutôt ennuyeuses sont idéales pour voyager dans d'autres univers, aussi divers soient-ils… et donc en profiter pour « lire » des livres !
  • En déplacements : qui sont d'autres périodes sous exploitées. Il est souvent plus facile de lire un livre physique dans le métro (à cause des bruits extérieurs, même avec des écouteurs réduisants les nuisances externes), mais ce n'est pas du tout le cas de la marche.
    C'est moins le cas actuellement puisque j'ai plus tendance à me déplacer en vélo (et autant j'aimerais écouter des livres audios, autant je ne le fais pas parce que je trouve cela dangereux), mais il y avait une période où je marchais beaucoup pour rentrer chez moi. C'est à dire que plutot que de prendre un métro qui n'est pas du tout agréable, je prenais un métro alternatif et finissait le trajet avec environ 30 minutes de marche.
    Et ces moments là étaient plus qu'agréables : un double moyen d'oublier la morose parisienne, puisque marchant à l'extérieur et donc à l'air « frais », tout en écoutant un livre audio.

C'est très intéressant de découvrir combien de temps on peut « lire » en exploitant ces temps perdus.
D'ailleurs cela revient à appliquer une citation de Stephen King, dans un article d'Entertainment Weekly : « Je me demande pourquoi les gens ne portent pas un livre avec eux pour tous ces moments morts inévitables ».

B. d'O. : Quel est votre meilleur souvenir d'audio-lecture ?

Jeremy : J'ai remarqué qu'il y a principalement deux approches des livres audios.

  1. Une lecture par une seule personne ;
  2. Les lectures qui se rapprochent de pièces de théâtre : réalisées par plusieurs lecteurs, parfois avec de la musique, voir même avec des effets sonores.

Alors qu'en France les livres audios sont plutôt de l'ordre du 1er type, dans le milieu anglo-saxon c'est plus mitigé. D'ailleurs, la BBC réalise souvent des dramatisations similaires à des pièces de théâtre.
Malgré leurs différences, chacune à ses avantages. Mais pour en revenir à mon meilleur souvenir, pour moi c'est sans conteste un livre audio américain, inspiré de Stephen King : The Mist, une expérience audio présentée comme étant en « 3D Audio », et en son surround. L'enregistrement date de 1986 et fut initialement proposé sur vynil, puis sur K7, et maintenant disponible en CD.
L'approche utilisée est un enregistrement avec de nombreuses personnes, mais également avec des effets sonores pour essayer de retranscrire le mystère et les horreurs de l'intrigue.
Il s'agit de la nouvelle Brume de Stephen King, dans laquelle des individus se retrouvent bloqués dans un supermarché le lendemain d'une grosse tempête. Une fois dans le supermarché, une brume très épaisse s'est installée à l'extérieur, et des créatures semblent y vivre, tuant les individus qui s'y aventurent.
Ce livre audio se rapproche donc non pas seulement d'une pièce de théâtre, mais d'un film… sans image, avec des effets et les voix qui bougent de gauche à droite etc. Bien entendu ils ont du bénéficier d'un budget plus conséquent qu'une lecture classique ! […]

B. d'O. : Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un nouvel audio-lecteur ?

Jeremy : Au début, les livres audios sont quelque peu confusant, mais après quelques instants on se laisse transporter par les univers lus. Personnellement, à l'exception de The Mist en 3D audio, je préfère les lectures où il n'y a pas de fond sonore. Parce que même si la musique se veut subreptice, on arrive parfois à s'oublier dans celle-ci plutôt que dans les voix.
Le gros avantage que je donne aux livres audios (plutôt qu'aux livres physiques), c'est la possibilité de lire des livres que l'on voudrait, tout en restant actif.
Autant je n'écouterais pas de livres audios à la salle de sport (parce que le rythme n'est pas assez entrainant et j'ai besoin de me concentrer sur le sport), autant il y a de nombreuses activités régulières (faire la vaisselle, le ménage, trier le linge, marcher, etc.) qui ne méritent pas autant d'attention et qui permettent donc de découvrir de nouveaux univers, et donc, in fine, de réduire la pile de livres à lire. Donc si vous manquez de temps pour lire, c'est un moyen de lecture alternatif parfait !
C'est d'ailleurs une des raisons de son essort aux USA il y a plus de vingt-ans : cela permettait à des commerciaux faisant de longs voyages en voiture, de les distraire de la conduite, parfois morne et ennuyeuse. Comme pour la radio et la musique de manière générale.


À propos de Jeremy :

J'aime lire depuis mon adolescence. Depuis, je suis devenu le webmaster du Club Stephen King (créé en 1992). Bien que le site soit dédié à Stephen King, je me permets quelques digressions autour d'autres auteurs. Grand fan de Stephen King, je lis bien entendu tout ce que je peux trouver de ce romancier, mais je suis également de manière assidue d'autres écrivains. Au-delà de ces quelques auteurs, j'aime aussi découvrir d'autres univers.
Comme bon nombre de lecteurs, je possède une liste de livres que j'aimerais lire (liste qui ne cesse de grandir), et comme nous avons tous une quantité non infinie de livres que nous lirons tout au long de notre vie, j'essaie de trouver le temps et des astuces afin de lire un maximum. Par exemple en m'efforçant d'exploiter les temps morts. Au-delà de mes lectures, je mets autant à jour que possible le Club Stephen King, où vous trouverez l'ensemble de l'actualité de cet auteur américain.

Nous remercions chaleureusement Jeremy d'avoir répondu à nos questions.


Pour ne pas manquer les prochains « rituels d'écouture », restez connectés en vous inscrivant à l'infolettre Book d'Oreille. Vous pouvez également suivre les actualités et sorties sur Facebook, Twitter et Google +.

 Ajouter un Commentaire

Anti spam : veuillez renseigner le résultat de l'addition cité ci-dessous.