Gallienne lit Flaubert sur France Inter

Ce mois d'avril 2015, dans Ça peut pas faire de mal, Guillaume Gallienne a choisi de mettre en avant Flaubert et trois de ses œuvres les plus connues.

Le 4 avril 2015, Gallienne accompagné de la comédienne Fanny Ardent prêtent leurs voix à l'Éducation sentimentale.

Sept ans après le procès de Madame Bovary en 1857, Flaubert entreprend, en 1864, la rédaction de L'Education sentimentale, en réponse à la principale critique de Sainte-Beuve qui lui reprochait la trivialité de son sujet. L'Education aura donc « un sujet élevé » : la bourgeoisie, à travers le portrait et la déchéance d'un jeune dandy, Frédéric Moreau. Bercé d'illusions, cet étudiant, natif de Nogent, part à la conquête de Paris, de ses cercles mondains, et, bien sûr, des femmes.

Le player de France Inter

Madame Bovary, l'œuvre la plus célèbre de Flaubert, a été mis à l'honneur le 18 avril 2015 dernier et intégrerait des extraits du film de Claude Chabrol avec Isabelle Huppert, Jean-François Balmer et Jean Yanne.
Tiré d'un fait-divers, ce roman reprend la vie d'Emma Bovary qui va provoquer la fin de sa famille par sa cupidité et son ambition démesuré.

Son roman, Madame Bovary, fait scandale : non seulement par ce que les critiques interprètent comme un éloge de l'adultère, mais aussi parce qu'il diagnostique une inquiétante maladie : le « bovarysme ». Sentiment d'insatisfaction chronique, proche du « spleen » de Baudelaire, le « bovarysme » apparaît comme la « maladie des livres » ; ces lectures romantiques qui, par l'exaltation du rêve et de l'imaginaire, distillent le poison de la désillusion et de la mélancolie.

Le player de France Inter

Le 25 avril 2015, le cycle se termine par Bouvard et Pécuchet, l'œuvre inachevée de l'écrivain qui souhaitait montrer la bêtise humaine. Ainsi les deux héros, copistes, vont s'essayer à différents métiers ne provoquant que désastres et catastrophes avant de revenir à leur premier métier.

Oeuvre posthume et inachevée, le dernier roman de Flaubert est publié pour la première fois en 1881, tout juste un an après la mort de son auteur. Selon son ami Guy de Maupassant qui l'aida à rassembler la documentation pour son livre – au total, plus de mille cinq cents ouvrages ! - ce projet d'« encyclopédie en farce » a occupé l'écrivain pendant toute sa vie : depuis l'âge de seize ans, où lycéen, il écrit une nouvelle à propos d'un jeune commis qui ambitionne de devenir naturaliste, jusqu'à ses derniers jours, où, malade, il parvient à en achever le premier des trois volumes prévus.

Le player de France Inter

Les œuvres de Flaubert se prêtent parfaitement à la lecture à haute voix. En effet, l'écrivain avait pour habitude de hurler ses phrases dans une pièce nommée le « gueuloir ». Un cycle particulièrement bien choisi qui s'écoute avec grand plaisir emporté par les différentes voix des intervenants.

 Ajouter un Commentaire

Anti spam : veuillez renseigner le résultat de l'addition cité ci-dessous.