Julien Chatelet : de la lecture avec appétit

Les ingrédients pour une lecture juste ? L'acteur, doubleur et lecteur Julien Chatelet livre sa recette spéciale enregistrement de livres lus.

Je retrouve dans un café près des quais parisiens Julien Chatelet qui, depuis cinq ans, a épinglé une vingtaine de livres audio. Je sors un appareil qui ne mange pas de pomme pour prendre mes notes, le patron compare : décidément la nouvelle technologie, les écrans, rien ne va plus ! La commande d'un cappuccino coupe net le débat, il paraît que c'est l'une des boissons chaudes les plus désagréables à préparer. Une commande piège ? Pourvu que les questions ne le soient pas… Visiblement, non. Julien Chatelet, très à l'aise, nous répond en imitant des voix, des attitudes comme sur grand écran. Se dégage beaucoup de sympathie, et autant de professionnalisme !

Lire, et ne jamais rester sur sa faim

Jouer sur scène, ou lire un texte à voix haute, deux performances pas si différentes… Pourtant, elles sont souvent dissociées : à l'interprétation scénique, haute en couleurs, s'opposerait la discrète lecture. Nullement, affirme Julien Chatelet : « on s'efface devant l'auteur. On se concentre sur ce qui est écrit. » Une appropriation méticuleuse des mots, de leur tonalité selon l'histoire… C'est donc au comédien de s'adapter au texte, et non l'inverse. Julien Chatelet nous dévoile une de ses astuces pour une lecture la plus juste et la plus fidèle possible : « Lorsque je lis une phrase à voix haute, mes yeux sont déjà deux lignes en-dessous. J'embrasse le tout, je le mange du regard ! » Précis, et doté d'un certain appétit !

Avec gourmandise, Julien Chatelet nous confie cette anecdote : enregistrer un livre est un véritable plaisir. « C'est un exercice très différent que celui du doublage, par exemple. On n'est pas au service d'un autre acteur dont on essaie de reproduire fidèlement les intentions de jeu, on est son propre metteur en scène. Et même si on est au diapason de l'auteur, on a le sentiment de travailler main dans la main avec elle ou lui, en accordant nos deux univers. » Au-delà des contraintes et des exigences imposées par le texte, émotions et sensations sont de précieux ressorts pour le lecteur.

L'art commence avec la difficulté – André Gide

À la lecture d'un roman, c'est cette atmosphère que Julien Chatelet tente de saisir. « On a parfois des indications de l'éditeur pour ne pas trop en faire, mais nous avons une grande part de liberté artistique. C'est le comédien face au texte qui slalome entre différentes techniques d'écriture et de lecture. » Et quels sont les défis imposés par cette liberté ? Pour le comédien, la principale difficulté reste en effet de se fondre dans cet univers installé par l'auteur, tout en ayant une lecture sincère… Univers d'autant plus complexe quand les personnages se succèdent : « Il faut trouver le fil sur lequel on évoluera pour interpréter des personnages de tous âges et sexes et se souvenir instantanément de leur voix, leur rythme, leurs tics…Et si on perd le fil, c'est fichu ! »

Après, il y aussi toutes ces histoires de prononciations… « Parfois, je fais beaucoup de recherche en amont, surtout lorsque tu as des mots étrangers ou des intonations particulières. » Plus d'un comédien envie à Julien Chatelet son aisance avec l'accent afro-américain. « On commence à m'appeler pour ça ! », avoue t-il, amusé, avant de nous faire quelques démonstrations. Technique maîtrisée ! Preuve que l'on peut être un lecteur sérieux, sans se prendre au sérieux.

Découvrez les livres audio lus par Julien Chatelet, en vente chez Book d'Oreille >>>

1 commentaire

Ajouter le votre

matthieu Farcy

L'essentiel est dit. Très bel article que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire: avec l'impression d'être à côté de vous dans l'ambiance de ce café. Ca m'a donne envie d'écouter cet artiste ! Merci !

 Ajouter un Commentaire

Anti spam : veuillez renseigner le résultat de l'addition cité ci-dessous.