Ebook et "surcharge cognitive"

{bdosurtitre Numérique}

L'effervescence des médias, des pédagogues et des observateurs du livre s'amplifie autour des bienfaits de la lecture numérique.

L'ebook, un risque pour le goût de la lecture ?

Les premières rencontres de l'édition numérique qui se sont tenues le 23 mai 2013 placent le développement du livre dématérialisé dans le contexte de "l'économie de l'attention", un paradigme riche en utopies et en contradictions. En considérant l'angle éducatif et pédagogique, le débat s'attarde sur thème de la "surcharge cognitive" qui décrit la fragmentation de l'attention du lecteur dès lors que la lecture se fait sur un terminal "multi-usages" et "multi-contenus" tel que les liseuses, les tablettes ou les smartphones.

Alain Giffard, expert de l'écriture numérique, rappelle que la comparaison entre le livre traditionnel et le livre numérique est clairement en défaveur de l'ebook en ce qui concerne la qualité de concentration.

Le problème s'expose en ces termes : l'immersion dans le texte sur les supports digitaux est perturbée par les potentialités de distraction offerte par le support de consultation (email, navigation web) ou encore les accès transversaux au sein du texte même. Les études menées dans les écoles primaires américaines massivement converties aux tablettes montrent que les élèves sont condamnés par leurs outils à "picorer" les savoirs, et les plus exposés aux écrans aux numérique développement des troubles de l'attention préoccupants.

Le problème posé par cette question de la concentration du lecteur alimentent les thèses d'un courant technico-sceptique qui émerge en France dans le sillage des travaux du chercheur et écrivain Cédric Biagini.

En nuance, d'autres études également conduites aux USA, cette fois au niveau universitaire, annoncent que les documents numériques employés dans un contexte d'apprentissage produisent de meilleures performances en terme de mémorisation, malgré ces perturbations de l'attention induites par la lecture numérique.

Un salut pour le "savoir-lire" grâce au livre audio ?

Le reflux de la culture écrite classique n'est pas une conséquence du numérique, mais il forme bien le cadre dans lequel se développe le numérique. Dans le cas de la lecture, ce reflux s'exprime sous deux formes : la diminution de la pratique de lecture, et l'affaiblissement du savoir-lire. - Alain Giffard

Dans ce contexte, il apparaît que le livre audio se pose comme une alternative au livre numérique face au problème de la surcharge cognitive. Libérant les yeux et les mains, la lecture audio développe un rapport au temps de la lecture différent. L'exigence de concentration est toujours là, les perturbation de la distraction des écrans en moins.

Pour en savoir plus :

  • Accélération. Une critique sociale du temps, Hartmut Rosa, La Découverte, 2010, 480 p., 27,90 €.
  • Internet rend-il bête ? Réapprendre à lire et à penser dans un monde fragmenté, Nicholas Carr, Robert-Laffont, 2011, 320 p., 20,50 €
  • L'Emprise numérique. Comment Internet et les nouvelles technologies ont colonisé nos vies, Cédric Biagini, L'Échappée, 2012, 448 p., 14 €

1 commentaire

Ajouter le votre

Gabarthex

Je trouve que cette analyse d'Alain Giffard - dont nous n'avons ici qu'un extrait est pour le moins partisane et manque un peu de recul. En effet, il y a confusion ici entre le média (ebook) et le support de lecture (ordi, tablette, ou liseuse...) et suivant le support j’affirme que les résultats de l'étude seront différents.

Par expérience, la lecture sur liseuse (pas ordi ou tablette ) est moins polluante q'un livre papier : d'un livre à l'autre, l'odeur, le format, le poids, la typo sont différents... autant de facteurs qui demandent un temps d'adaptation. Avec une liseuse, on ne fait que lire, toujours avec le même support (donc pas de réadaptation nécessaire d'un livre à l'autre) et le lecteur se trouve exclusivement concentré sur le contenu.

Je pense que l'expert Alain Giffard ferait donc bien de revoir son analyse savante, en commençant par utiliser lui-même de manière prolongée pour en cerner les effets sur sa personne. Ensuite, libre à lui de compléter son expérience par des données plus étoffées.

 Ajouter un Commentaire

Anti spam : veuillez renseigner le résultat de l'addition cité ci-dessous.