Jean Topart, la voix qui hante

Ceux qui ont grandi dans les années 80 non loin d'un poste de télévision entretiennent sans le savoir une relation intime avec la voix de Jean Topart. Ses lectures de Voltaire en studio ajoutent encore à la profondeur du personnage.

Jean Topart nous a quitté le 29 décembre 2012.

L'introduction édifiante des Cités d'Or, c'est lui. Zeus nymbé de réverbe dans Ulysse 31, c'est lui. Le narrateur de Rémi sans famille et de Lady Oscar, c'est encore lui. Avec son phrasé aristocratique et son timbre chaud, il a peuplé la télévision de figures tantôt courageuses, érudites, mystérieuses; jusqu'à devenir dans l'oreille des jeunes téléspectateurs une sorte de personnification de la hauteur morale.

Dans le cinéma des plus grands, quarante ans durant, sa voxographie laisse également une empreinte forte : le doublage de Christopher Lee ou La voix de Salieri dans Amadeus, c'est lui aussi...

 Ajouter un Commentaire

Anti spam : veuillez renseigner le résultat de l'addition cité ci-dessous.