La contre-histoire d'une passion pour le livre audio

Une interview de L. Gambet :

L. Gambet : "La voix doit nous emporter, elle exprime plein de choses qui ne sont pas forcément dites quand on lit les mots nous-mêmes. En écoutant je vis vraiment la lecture. Vous êtes dans le livre...dans les mots mêmes."

Luc Gambet, directeur d'un cabinet de recherches médicales, a découvert les livres audio par hasard et les utilise depuis pour assouvir son appétit des livres philosophiques...

Que lisiez vous avant de découvrir les livres audio ?

L. Gambet : Je n'ai pas beaucoup de temps donc je ne lisais pas beaucoup. En moyenne, je pense 4 ou 5 livres par an...plutôt des essais ou des livres de philosophie et pratiquement jamais de romans.

Qu'est ce qui vous a amené à l'audio-lecture ?

L. Gambet : C'était il y a deux ans, un ami m'a offert un CD de Bergson sur le rire...C'est vraiment la première fois que j'ai découvert ce support, je ne connaissais pas du tout avant. Quelques semaines après, on m'a aussi offert les enregistrements d'un entretien avec Le Clézio.
Le CD de Bergson m'a beaucoup intéressé car le sujet lui-même m'intéressait aussi. Ce que j'ai vraiment tout de suite apprécié ça a été de pouvoir le lire n'importe quand. C'était aussi la première fois que j'avais une discussion sur un sujet...Je veux dire c'est comme si la personne était devant vous, et même si on ne parle pas quand on écoute, j'avais l'impression que je pouvais discuter...

Le pouvoir de la voix humaine ?

L. Gambet : Oui, c'est un outil extraordinaire. (très enthousiaste) Elle insiste sur des points...elle fait passer des détails, elle nous fait comprendre le texte grâce à des intonations, aux sourires qu'elle laisse entendre...
Attention, ça demande quand même une certaine attention, surtout quand on a une mémoire visuelle comme moi. Bon, là je parle de livres de philosophie, mais écouter ça me donne l'envie de découvrir, d'apprendre.
Mes enfants m'ont offert un coffret de CD d'Onfray, La contre-histoire de la philosophie, et là, ça a vraiment été le déclic. J'ai ressenti un vrai plaisir et j'ai commencé à vraiment utiliser ce support. J'ai trois-quarts d'heure de trajet pour aller au travail le matin alors j'écoute mon livre sur l'autoroute. A ce moment là, je suis très concentré, c'est une vraie évasion. J'apprends des choses qui n'ont rien à voir avec mon travail de tous les jours et j'arrive détendu au labo.

En ayant audio-lu de la philosophie ?

L. Gambet : (rires), oui, exactement. Ce support, on peut vraiment l'emmener partout. Je me suis même acheté un baladeur et je peux écouter mes livres n'importe où, même devant la piscine pendant les vacances.
J'ai aussi fait un voyage au Mexique et il y avait beaucoup de longs trajets dans des bus très incomfortables...Ecouter mes livres m'a permis de m'extirper du monde environnant. On s'évade et on se retrouve dans sa bulle.

Est ce que cette évasion est plus facile qu'avec un support papier ?

L. Gambet : Pour moi oui, notamment parce que vous pouvez aussi faire des choses mécaniques en même temps.

Est ce que la lecture audio vous a apporté quelque chose en plus, au niveau personnel ou intellectuel ?

L. Gambet : Oui, cela m'a énormément apporté. J'ai immédiatement trouvé un plaisir intellectuel à l'écoute. Ensuite, j'ai clapoté sur le site internet de lalibrairiesonore.com et j'ai découvert qu'il y avait énormément de choix et de choses qui m'interpellaient. J'avais une véritable librairie devant moi. Avec des CD d'Histoire...j'ai aussi vu Luc Ferry, qui m'a intéressé parce qu'il a idées différentes par rapport à Onfray...ça m'a ouvert des portes.
Ecouter des livres m'a aussi amené à en acheter. Parce que Onfray mentionne ses références dans la Contre-histoire et ça m'a donné envie d'approfondir. Et j'ai acheté quatre livres papiers dont l'Eloge de la folie d'Erasme et...mmm, ah oui, "Le discours sur la servitude volontaire" de La Boétie.

Vous lisez donc beaucoup de philosophie mais êtes-vous aussi intéressé par d'autres genres littéraires ?

L. Gambet : Ça m'a donné envie de connaître l'Histoire. Je ne suis pas encore passé à l'acte mais une envie a été générée, c'est sur. L'œuvre d'Onfray est immense et je veux d'abord la terminer, j'ai encore beaucoup à écouter mais j'y pense.

Est-ce qu‘autour de vous d'autres personnes ont commencé à s'intéresser aux livres audios ?

L. Gambet : Mon fils...qui m'a vu écouter mes livres pendant des heures. J'ai aussi échangé avec lui et lui ai fait écouter certains passages. Il a fini par emprunter un CD et je sais qu'il a été voir des articles sur le sujet ensuite. Et il passe le mot aussi, il en a parlé à un de ses amis.

Comment est-ce que vous décririez le livre audio à des gens qui ne connaissent pas du tout ce support ou qui ont des a priori négatifs et qui pensent par exemple que ce n'est « que pour les enfants » ?

L. Gambet : Ce n'est pas facile (pause) ...pour moi, le pilier c'est le désir et le plaisir, notamment le désir d'apprendre. En écoutant on peut aussi imaginer la personne qui parle. On est aussi au théâtre, cela rajoute une dimension au livre. Je veux acheter un roman en livre audio pour voir comment c'est lu. La voix doit nous emporter, elle exprime plein de choses qui ne sont pas forcément dites quand on lit les mots nous-mêmes. En écoutant je vis vraiment la lecture. Vous êtes dans le livre...dans les mots mêmes.
C'est très important de promouvoir le livre audio, je pense que si des gens prenaient le temps d'écouter, cela les calmerait peut-être (rires)...le livre ouvre vraiment vers l'extérieur.

 

Propos recueillis au téléphone par Morgane Audoin, le 1er juillet 2010.

1 commentaire

Ajouter le votre

ipierret

Merci de ces commentaires
Pour parfaire votre plaisir, nous vous recommandons L'ELOGE DE LA FOLIE lu par Vanina Michel aux Ed Le livre qui parle

 Ajouter un Commentaire

Anti spam : veuillez renseigner le résultat de l'addition cité ci-dessous.