Livres audio : trouvez votre "voix"

Il y a quelque temps, nous vous proposions de découvrir les lectures de vos acteurs préférés. Lorsque l'on choisit un livre audio, l'intérêt que l'on porte au narrateur est souvent aussi important que celui pour l'œuvre ou l'auteur.

John Schwartz, correspondant international pour le New York Times, témoigne de ses différentes interrogations face aux interprètes des nombreux livres audio qu'il a pu lire.

Adepte de la lecture audio lorsque qu'il fait son footing, John « lit » des livres audio de tout genre, ce qu'il lui vaut quelques regards interrogateurs lorsqu'il parcourt les rues de son quartier en courant et pleurant de rire ou d'émotion selon le thème de son « audiobook ».

Plus d'une heure par jour, sept jours sur sept : John lit beaucoup en audio, plus que sur papier même. Et si, comme il le dit, quelqu'un doit passer 10 à 20 heures par semaine dans ses oreilles, il vaut mieux apprécier l'expérience. Choisir le bon livre est essentiel. Choisir le bon narrateur l'est encore plus.

Trouver sa "voix"

Il s'interroge alors sur les qualités nécessaires pour ces voix. Selon lui, les meilleurs narrateurs sont ceux qui n'en font pas trop. Une interprétation trop théâtrale rompt cette connexion importante entre l'auteur et le lecteur.
Une voix posée, une diction à la fois sobre et raffinée, est une interprétation agréable pour souligner la passion et le tragique dans un roman. La pire interprétation sera celle d'un narrateur qui a l'air de s'ennuyer dans sa lecture.

Trouver « son ou ses » narrateur(s) est aussi d'une grande importance. John l'a trouvé en Grover Gardner dont il aimerait écouter toute l'œuvre tant sa voix lui plait. Il pourrait même l'écouter lire les registres fédéraux.

Les talents d'acteurs des narrateurs ne doivent pas forcément être ressentis dans l'interprétation du livre mais dans la capacité qu'a le narrateur à entrer dans les différents personnages, à les comprendre et à leur donner une voix, tout simplement.

Lu par l'auteur

L'avis de John sur un livre audio lu par l'auteur est varié. Selon lui, les auteurs prennent un réel risque, peu d'entre eux étant des acteurs professionnels. Ils ont surtout tendance à manquer du talent nécessaire pour prendre du recul sur l'œuvre et lui faire justice dans l'interprétation. Ils établissent néanmoins une connexion particulière avec le lecteur et certains d'entre eux se montrent particulièrement doués dans cet exercice.

Les auteurs, souvent influencés par leur environnement dans leur écriture, pensent parfois à une personne parfaite pour interpréter leur livre en audio. John nous parle d'Ernest Cline, un auteur qui s'est inspiré de l'acteur Wil Wheaton pour son livre « Ready Player One ». Une chose en entraînant une autre, Wheaton est devenu narrateur du livre de Cline et il découvrit alors qu'il était l'un des personnages de l'histoire. Cela ajouta une originalité particulière à ce livre audio qui fut d'ailleurs l'un des mieux notés l'année dernière par les clients du site Audible.com.

Pour répondre à sa dernière interrogation, John a rencontré Gary Shteyngart, écrivain dont l'un des livres a été adapté en audio, pour savoir s'il appréciait la version lue de son roman. Non-adepte du support, celui-ci avait entendu dire que l'interprète avait fait un excellent travail mais il n'avait jamais écouté le résultat. Sa réaction fut celle d'un nouveau converti aux livres audio, découvrant avec joie que ses personnages pouvaient devenir bien réels. Juste comme il le voulait.

Et vous ?

Que pensez-vous de l'importance de la voix de votre livre audio ? Un livre lu par l'auteur est-il meilleur au niveau de l'interprétation ? Et surtout, quel est votre interprète préféré ?

Nous aimerions beaucoup connaître votre avis, n'hésitez pas à nous répondre dans les commentaires.

Source : article inspiré et en partie traduit de The Voice de John Schwartz, Sunday Book Review, The New York Times, le 18 mai 2012

Source de l'image : Otto Steininger pour le New York Times

 Ajouter un Commentaire

Anti spam : veuillez renseigner le résultat de l'addition cité ci-dessous.